Un voilier est par définition un bateau qui est principalement propulsé par la force du vent, un carburant écologique capricieux. Depuis le début, les voiliers ont des missions très larges. Cela passe par la pêche, la guerre, la promenade… De nombreux types de voiliers ont vu le jour depuis des centaines d’années,  avec des Galions, des Boutres, des Jonques, des Dériveurs, des Quillards, des Goélettes, des trimarans. Avec la technologie, les engins sont toujours plus révolutionnaires et attirent toujours autant la curiosité des hommes. Découvrez les différents types de voiliers !

 

Les dériveurs sportifs

Ce type de bateau est bien souvent un voilier/école, car il est utilisé pour apprendre les bases de la voile. Comme son nom l’indique, il ne possède non une quille, mais une dérive, appendice plat et amovible. Les dériveurs sportifs peuvent aussi être de redoutables voiliers de compétitions. Le plus connu est « l’Optimist », bateau d’une extrême simplicité à manoeuvrer et quasiment insubmersible. Il a été confectionné par Clark Mills en 1947. Autre dériveur, sorti en 1963 par le Français André Cornu, le 470. C’est un des dériveurs les plus présents sur les plans d’eau du fait de son faible coût, sa facilité à être transporté. Depuis d’autres sont apparus comme le Laser 5000 avec sa grande taille de voile pour une coque si petite.

Les quillards sportifs

C’est une embarcation qui est beaucoup moins présente, car très difficile à transporter du fait de son important poids. Il possède a contrario du dériveur, un plan de dérive, c’est-à-dire une quille, qui lui permet d’avoir un couple de redressement important. Mais aussi un appendice fixe qui dont l’extrémité est alourdie par un lest de plomb ou de fonte. Ce sont eux aussi de redoutables voiliers de compétition.

Les multicoques de sport

Cette race de voiliers séduit de plus en plus de monde dans les écoles de voile notamment pour sa rapidité avec sa bonne pénétration dans l’eau et de son poids très inférieur aux dériveurs. Ils ont connu une croissance importante ces dix dernières années avec essentiellement des catamarans. Exemple, le Tornado et ses deux coques reliés par un trampoline. Il est extrêmement maniable et doté d’une grande puissance. 

Les voiliers de croisière

Le voilier de croisière est une embarcation qui mesure plus de six mètres de long possédant des coques en bois, plastique, aluminium ou en bois composite. Cet habitable est robuste et muni d’une quille longue à bulbe ou courte à ailettes. Il n’existe pas seulement des monocoques dans cette catégorie des voiliers de croisière. Ils sont désormais concurrencés par les grands catamarans. Leur avantage est qu’il atteint des performances inaccessibles au monocoque. Et que leur confort est de plus en plus intéressant.

Les voiliers de course et de conquête

À la différence d’un voilier de croisière, les voiliers de course monocoques possèdent un double safran avec une quille pivotante à bulbe. Il est bien évidemment habitable, mais avec un confort minimal. Il dispose aussi d’une double barre. Les voiliers pour les régates géantes, ce sont les véritables Formule 1 des mers. Présents sur la Coupe de l’America, ces bateaux embarquent une grosse quinzaine de marins. Ce sont de longs bateaux de 23 mètres et lourds de plus de 20 tonnes. Autres races, les multicoques inventés en 1968 par le célèbre skipper Eric tabrly. Le Pen-duick IV  est un trimaran destiné à la course au large et le premier de sa catégorie confectionné lors de cette même année. Une révolution était en marche. Au début des années 70, on savait que ce type de bateau allait permettre de battre des records de vitesse.

PARTAGER
Téléchargez l’application
apple store google play
/* */